Kimani, signifie «  fille docile  », mais c’est avec des vers agiles et forts qu’elle a gagné la place la plus convoitée de ce “sport “ au Brésil : la chance de représenter le pays à la Coupe du monde en France. Née en été 1993, la poète de Grajaú – en banlieue de São Paulo – a commencé à écrire et à faire de la poésie à l’âge de 7 ans, mais n’a participé à son premier Slam qu’en 2017, dans le nord de la ville. Depuis, elle n’a cessé de concourir. et a remporté : Slam BR, Slam Flup Rio, Slam SP, Slam BNDES et des éditions locales telles que Slam das Minas, Slam Grajaú, Slam Capão, Slam Guilhermina, entre autres..