En 1922, quatre lycéens rémois créent le groupe des « Phrères simplistes » dont le but est de retrouver «  la simplicité de l’enfance et ses possibilités de connaissance intuitive et spontanée » par la pratique de recherches extrasensorielles. Révoltés, pataphysiciens, surréalistes, mystiques, ils vont tenter l’exploration du monde onirique. Le Grand Jeu est le nom de leur revue et par extension de leur groupe.« Le Grand Jeu est irrémédiable ; il ne se joue qu’une fois. Nous voulons le jouer à tous les instants de notre vie. » Roger Gilbert-Lecomte
www.legenreurbain.com/

Samedi 1er juin / 17h30-18h30
Librairie Le Genre Urbain