Le festival

Grand-père nous racontait hier chez Starbucks, autour d’un moka-cherry : « le cœur de 1968 bat encore ! ». Il dit que depuis 50 ans, les accidents, massacres, catastrophes, maladies se substituent l’un à l’autre et sont l’adrénaline qui fait battre ce cœur. Il...